Venez créer votre propre histoire ou en continuer une existante aux côtés des personnages phares de la série RWBY !


    What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Partagez
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Mer 27 Déc - 23:10

    (un peu de musique pour ceux qui aime l'ambiance.)

    Il faisait beau aujourd'hui. Froid, certes, mais le ciel était clair, ce grâce au vent glacial qui semblait décidé à rentrer dans les plus petits interstices des vêtements des jeunes élèves qui préféraient rester à l’intérieur.
    Rien de plus naturel en ce début d'hiver, mais ça contrarié les plans de retraites d'un petit faunus ovin, ce dernier ne pouvant plus rester dans la bibliothèque  jusqu'au soir puisqu'elle serait blindée d'élèves inconnus, et qu'on lui prendrait surement sa place -pour laquelle il n'allait surement pas se battre, ou même hausser la voix-
    Mais il y avait un bon côté à ce climat, c'est qu'il faisait juste assez froid pour décourager les élèves de sortir, mais pas assez pour rendre le trajet jusqu'aux serres insurmontable.

    C'était donc une de ces dernières que le jeune bélier s'était réfugié, la serre exotique qui n'en portait bien que le nom, mais qui restait sa préférée de toutes : la plus éloignées dans le campus et celle où se trouvait les fleurs de sont enfance. Aussi le fait qu'il y fasse toujours chaud et que personne ne viennent visiter après le club de botanique du matin devait jouer un peu.

    Agnel était donc dans cet eden miniature, dos à la porte fermée, dans une section réservées aux plantes importées de ménageries, majoritairement des fougères et des palmiers nains mais aussi un petit carré dans lequel se trouvait un parterre d'orchidées panthères aux couleurs chatoyantes.

    Non pas que cela soit d'une importance pour le faunus, puisqu'il dessinait à son habitude avec un unique fusain emprunté à la salle d'art, sur un carnet de papier épais provenant du même endroit.
    En fait le terme 'dessiner' sonnait un peu faux ici, tant l'élève s'appliquait à rendre avec exactitude chaque trait que ses yeux percevait du décor végétal au bord duquel il était assis.
    N'importe qui regardant par-dessus son épaule aurait eu la même réaction mitigée face à ce qui était représenté : d'abord de l'étonnement face à l'incroyable richesse de détail dans l'oeuvre, la capacité impressionnante à reproduire chaque élément sur le papier comme pris par  une photo en noir et blanc... puis un peu de déception, en réalisant qu'il ne s'agissait que de ça. Une bête copie, certes parfaite, des plantes de la serre, et rien de plus. Pas un trait d'artiste, pas de vent imaginaire ou de lumière, pas de reflet en plus, aucune forme de touche personnelle, bref : Agnel ne faisait que reproduire bêtement ce qu'il avait devant lui, remplaçant la beauté des motifs et couleurs par des dégradés de gris comme si le mouton absorbait l'image mais n'en percevait que les différences d'ombres et de lumière, à la manière d'une vieille imprimante.
    Et donc ainsi, produisant quelque chose de plus proche du croquis scientifique que du dessin, Agnel s'isolait paisiblement loin du monde et de ses propres pensées, bercés par le bruit du vent qui s'abattait sans relâche sur les parois de verre, dans un idylle factice rempli de nostalgie.


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:47, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Jeu 28 Déc - 9:22

    Chaleur, cet établissement n’en possédait pas ou si peu, me contraignant pour mon confort personnel, à choisir un autre emplacement qu’un de ceux ou je pouvais augmenter mon savoir pour maintenir ma chaleur corporelle à la température idoine. Les autres pièces étaient bien entendu chauffées, mais la concentrations de rayons sur mon pelage et mes vêtements ne faisait pas plus d’effet que dans cette pièce-ci. Sans maître ou maîtresse, je faisais selon mon bon vouloir. Ainsi avais-je dégraphé plusieurs parties de mes vêtements avant de me lancer dans les fleurs de la serre pour me plonger dans les arômes environnants et m’étendre dans cet océan de couleur. Je connaissais la pluparts des noms des plantes et les fragrances, mais ce genre de tourbillon m’attirait même sans l’attrait du savoir.

    Cela faisait maintenant plusieurs heures que la navette des nouveaux élèves était arrivé après la mienne, aucun autre débutant que moi ne semblait venir par ici, ce havre de paix serais miens. Je décidais de faire un petit somme, nous avions quartiers libres avant la représentation orale à laquelle j’étais sûre de pouvoir assister tant l’épaisseur des murs était fine. J’avais activé ma semblance, m’assurant un repos maximal.

    Scritch scritch scr scrrrr
    Le bruit caractéristique d’un fusain en carbone de qualité, diamètre 0.5, légèrement trop utilisé sur les degrés 186 à 188. Mon estimation donnait la même forme aux degrés 6 à 8 tant il était commun que les gens retournent juste leur outil pour continuer. Sur.. Du papier à croquis d’épaisseur inconnue, trop de superposition, l’utilisateur doit avoir un cahier ou un support.

    Ma semblance s’était désactivée au moment ou j’avais été sortie de mon sommeil par quelqu’un dont le son de sa respiration trahissait sa concentration. Je ne faisais pas plus attention à mon accoutrement qu’à l'accoutumée et me relevais donc dans le champ de fleur en maintenant juste mon corset avec la paume de ma main pour avoir un contact visuel avec l’intru.

    Il était en face de moi, un Faune, absorbé dans sa tâche de reproduire le sujet en face de lui dont je faisais sans doute partie maintenant. Je restais donc statique par habitude sans même qu’il me le demande, ce n’était pas la première fois que je servais de modèle pour une oeuvre ou une couverture. Rester dans cette position me permettrait d’établir un premier contact avec cette école, donc une occasion parfaite. Je regardais l'emblème de la famille Cloverfield à mon oreille, la chance frappait aujourd’hui, je ne serais pas entourée de tout un tas d'humanoïdes désireux de me poser des questions. Mon regard se posait de nouveau sur le Faune qui regardait maintenant dans ma direction, j'arrêtais tout mouvement mais ma pupille me livrait des informations tout comme mes oreilles.

    Le fusain s’était arrêté de gratter, tenu par une main en retrait, attendant un nouvel ordre de son utilisateur pour recommencer à s'impliquer dans le processus de création. En tant que conceptrice d’arme, je comprenais que bouger ou parler maintenant mettrait peut être à mal son horlogerie personnelle. Je notais qu’il avait un cahier à dessin, mon estimation auditive était correcte. Sa respiration s'était calmée, moins particulière que lors de sa phase de restitution. Allait-il s’emballer ou continuer comme si de rien n’était? c’était la les deux estimations possibles.
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Ven 29 Déc - 1:43

    Agnel n'en revenait pas. Après tant et tant de sursaut à Beacon et depuis peu à Haven, et pour les mêmes raisons, il parvenait toujours à se faire surprendre par les autres élèves, comme si, après tant d'année d'isolation, il avait oublié comment détecter la présence des autres.
    Le bélier androgyne était furieux à lui-même de s'être fait avoir, mais surtout terriblement angoissé tout ce que cette présence impliquait.
    Non seulement il avait tellement baissé sa garde qu'il était venu se réfugier ici sans même vérifier que personne n'y était, mais en plus il avait probablement réveillé l'inconnue. Il allait devoir trouver un nouvelle endroit où se cacher, et probablement traîner dans le froid jusqu'au soir -ce qui restait une bonne nouvelle, il devait s'approvisionner en dust avant les examens-.

    Puis L'agneau, émergeant de cette bousculade de pensées noires, réalisa le problème majeur de cette scène : la tenue de la demoiselle qui avait émergée des plantes, et son apparence plus qu'attrayante en plus de cela.

    Oh no... Je vais passer pour un pervers... Owww ! pourquoi est-ce que j'ai oublié de vérifier s'il y avait quelqu'un ?! enfin remarque, ce n'est pas comme si ça pouvait changer quoique ce soit, une rumeur de plus... Peut-être qu'on me laisserait tranquil définitivement ? Non ! je ... je dois m'excuser, et peut-être que si je ne la recroise plus elle oubliera m'avoir jamais vu..

    Les yeux grands écarquillés de terreur et la poitrine haletante, le jeune satyre tremblant se lève maladroitement, faisant tomber son fusain au sol où il se brise en deux sur une dalle irrégulière.
    D'une toute petite voix bégayante Agnel essaye de s'excuser. " ... ... -ci."
    Court silence et devant l'air d'incompréhension sur le visage de la grande lapine Agnel comprend qu'il a encore parlé trop faiblement. Prenant une grande inspiration il reprend, s'inclinant en avant presque au point de s'agenouiller.
    "M-mes excuses Mademoiselle, je ne Vous avais pas vu quand... hum, quand je suis rentré tout à l'heure et je... euh, j'ai juste dessiné les fleurs promis !"
    Il arrache la page de son carnet et la montre vivement avant de l'écraser dans ses petits mains malhabiles, justifiant d'un incertain "c-ce n'est probablement même pas bon donc je.."
    Reculant sur ses jambes vacillantes l'agneau déglutit de plus en plus terrifié par son erreur fatale envers ce qu'il pense être une reine de l'académie.
    "j-je vais m'en aller immédiatement, ne Vous en faites pas, je ne voulais vraiment pas Vous déranger !"
    tellement troublé par le regard amusé qui semble le transpercer sans un mot, Agnel perd ses appuis sur une racine émergente et transforme sa tentative de fuite en chute maladroite accompagnée du plus comique et adorable bêlement de détresse surprise avant de tomber lourdement sur le dos.
    "MêêÊÊËHH ! akh..."


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:48, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Ven 29 Déc - 9:40

    Élément imprévisible, la panique. C’est la première fois que je suis confrontée à cette attitude et d’après le motif irrégulier des actions je me disais qu’il s’agissait la d’une perte d'énergie, d’une source de désorganisation et probablement vecteur de stress intense pour le corps de l’hôte. On m’avait parlé de cet état de fait ou les tremblements vous font abandonner tout espoir pendant que votre corps lui semble paralysé.

    Plus que son souffle paniqué, c’était l’incroyable mitraillette qui remplaçait le batteur lent de jazz dans sa poitrine qui m’indiquait sa frayeur.

    Le faune avait-il peur de moi, ou était-ce dû à autre chose?

    Il se levait, le fusain se brisait, et l’individu formulait “hr hh rci”. Sans doute que la dernière syllabe était évidente, mais je n’aurais pas pu en dire autant des deux sifflement d’air insuffisant dans sa gorge pour former un son satisfaisant à la formation des mots qu’il voulait dire.

    Mes cours de médecine devraient m’enjoindre à le faire se reposer, se détendre, mais j’avais une appréhension quant à sa réaction sur mes gestes ou ma voix. Je me contentais d’atteindre le bouton à l’arrière de mon corset pour verrouiller ma tenue en même temps qu’il s’excusait. Le faune arrachait ensuite la page de ses mains et la réduisait en bouillie en prétextant la mauvaise qualité du travail qu’il fournissait.

    Je n’avais pas eu le temps de contempler le dit-travail qu’il fuyait erratiquement vers la sortie. CLOC, un faux pas, une erreur de trajectoire et une racine avait raison de lui. Plus craintive qu’autre chose, le pauvre petit animal jetait un cri de détresse.

    Les bonnes manières.. Dans la famille Cloverfield les bonnes manières exigent que l’on fasse par de l’erreur aux gens pour qu’ils s’améliorent et ce sans qu’aucun mal ne soit fait à la famille par peur ou par d’autre moyen.

    Je calculais la trajectoire du saut que j’allais effectuer, trop bas il y aurait les plantes, trop haut et je toucherais le plafond de verre. Un saut médian, focalisé par mes aptitudes de faune et par mon aura, l’activation de Ragdoll Habit en début de course m’assurerais que je ne perdrais pas d’altitude importante et enfin la réception sur le tronc de l’arbre avec une aura adhesive m'empêcherait de brutaliser les fleurs à l'atterrissage tout en ayant l’ascendant sur la cible à rassurer, un mauvais point nécessaire.

    Je me doutais que le petit faune paniquait légèrement en me voyant fondre sur lui ainsi dès l’arrivée je me servais de Ragdoll Habit sur lui en désactivant son effet sur moi. Il sentirait ses membres s’engourdir, se détendre comme visiblement il n’avait jamais été detendu dans sa vie. Le stress corporel serait totalement oblitéré en quelque centième de seconde.

    Mes premières expériences avec ma semblance avaient été purement informatives, je voulais savoir ce que les autres ressentaient. Pour moi c’était proche d’une bonne nuit entre des draps chauds et accueillants. Pour mes maîtres c’était une forte sensation, une sensation que certains de mes domestiques considéraient comme proche de celle d’un orgasme d’après leurs dires. Qu’en serait-il de ce faune? Aucune idée, mais essayer me donnerais la réponse. Je soulevais sans effort l’être en detresse et pratiquais un enlacement de confort, une marque de protection et de sécurité plus utilisé sur les enfants et les bébés que sur les adultes, mais à en voir la stature de ce faune, je ne pouvais me résoudre à juste caresser ses omoplates et un de ses bras pour lui signifier ma présence bienveillante.

    -Shhh, shhh, tout va bien, calme toi, je ne suis pas la pour te nuire ou te demander de partir.

    Ma voix était mesurée, tout juste assez élevée pour caresser sa corde sensible sans brutaliser ses sens en alerte. Je me demandais quoi faire ensuite.. En relation sociales n’est il pas commun de parler des hobby de chacun?

    -Je n’ai pas eu le temps de voir ton oeuvre artistique, mais c’est bien la première fois qu’on refuse que j’en fasse partie, j’aurais volontiers quitté le parterre de fleur si tu me l’avait demandé..

    Je butais sur mes prochains mots.. Comment devrais-je appeler quelqu’un que je rencontrais? Lors de diner il était commun que je connaisse tout le monde, ainsi j’avais une appellation pour tout le monde, mais ici, cela me manquait. J’imaginais que la dénomination taxinomique était de vigueur.

    -...Faune-kun?
    demandais-je en le tendant à bout de bras pour observer son visage comme intriguée par l'accueil de l’indicatif que je lui avais attribué.

    Par réflexe, je me disais qu’il me fallait le libérer de Ragdol Habbit avant de le reposer au sol. Tenir les gens en otage via ma semblance pouvait les irriter ou provoquer une dépendance.
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Ven 29 Déc - 18:14

    Agnel eu le plus triste des réflexes pavloviens en voyant la lapine bondir avec tant d'aisance : il baissa sa main élevée en protection et ferma les yeux en offrant sa gorge, visiblement résigné à prendre un coup violent, ce qui ne pouvait venir que d'une habitude passée.
    C'est ce qui rendit l'effet de Ragdoll Habit encore plus saisissant : le petit corps libéré de forces extérieurs mais surtout des tensions et du stress interne qui habitai la frêle carcasse tenue à bout de bras sans effort par l'assaillante.
    La libération soudaine pris l'agneau de court, lui qui s'attendait presque avec joie à souffrir pour son intrusion se retrouvait dans un état de béatitude chaleureuse et douce qu'il n'avait pas connu depuis que son enfance. Des larmes chaudes coulaient le long de ses joues étirée par une expression de bouche bée, la non-sensation de crispation lui retournant le cerveau.

    Quand il reprit ses esprits, Yuki était en train de se faire dorloter comme un petit animal par l'inconnue, des paroles rassurantes coulant dans ses oreilles.
    P-pourquoi est-ce qu'elle fait ça...? je... je ne mérite pas ça.. même venant d'une proie, c'est.. Mais déjà la Dame reprenait la parole, demandant son nom.
    ah, je vois, elle ne sait pas qui elle tient dans ses mains, c'est pour ça qu'elle est si gentille... je dois lui dire avant qu'elle ne fasse quelque chose de plus grave..
    Raclant sa gorge, le corps encore pataud et tremblant de retrouver ses sensations après ce repos divin pour ses muscles et ses vertebres, l'agneau essaya de son mieux de garder une voix stable, baissant immédiatement la tête quand on le reposa.
    "... Yuki... je... Mon nom est Agnel Blancrin, Mademoiselle... je... Vous ne devriez pas rester ici avec quelque chose quelqu'un comme moi, les autres vous jugerez..." Déclare-t-il difficilement, son corps entier recroquevillé sur lui-même de honte et de peur sociale, faisant référence aux colifichets et rumeurs qui couraient sur lui dans l'Académie, inconscient de s'adresser à une nouvelle arrivante.


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:48, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Sam 30 Déc - 7:37

    La créature s’était nommée, et auto-apitoyée. Je me demandais si il était de ceux qui faisaient des bons laquais, ceux que mon père appelait les parfaits subordonnés. Hayuki Blancrin était une victime? Il était la depuis plus longtemps que moi ici, mais sa situation était pire? Comment cela était-il possible? Etait-ce dû à un défaut lors de sa conception ou cela découlait-il d’une régression post natalis? Raaaah, tant de frustration de devoir garder l’étiquette aux moments ou mon cerveau débitait des questions par dizaines !! Mais j’étais seule, qu’importait l’étiquette non? Mes maîtres n’avaient pas eu pour coutume de garder la bienséance lors des moments d’intimités en famille..
    J’attrapais la créature en usant du Ragdol Habit et epiais sa structure brièvement sans le dénuder, je n’en aurais pas besoin. Il était sûrement un peu malmené mais aucune douleur ne le surprendrait, peut être que les mouvements seraient un peu trop intense pour lui.
    Rien… Rien dans sa structure ne suggérait une véritable séquelle à ce point réductrice..

    Mon examen terminé, je descendais du tronc de l’arbre, prenant place à côté du faune et le regardais avec scepticisme et un soupçon de colère feint. Ma génitrice faisait souvent cela, je me disait qu’en tant que membre “libre”, je pouvais jouir du privilège d’user des talents que j’avais absorbés.

    -Libre à eux de juger ce que bon leur semble, mes propres observations me guident. De toute manière je doute qu’ils ne se permettent de juger une fleur de Cloverfield, nous n’avons pas pour réputation d’être tendre avec nos opposants ou nos ennemis, c’est d’ailleurs pour cela que nous n’en avons plus. Libre à eux de rejoindre les dépouilles de nos adversaires passés. Dis moi Hayuki, quel est ta situation ici?


    La question était simple, quoique peut être mal tournée. C’était en partie intentionnel, soit il me livrerais l’information que je souhaitais, soit plusieurs qui pourraient m’être utiles. Cette question avait la facilité de mener à suffisamment de message différent pour m’épargner une longue phrase. Ceci me permettait de profiter de son temps de réponse pour l’attraper par la manche et le ramener au milieu de la serre, la ou il n’y aurait que peu d’arbre pour couvrir la lumière bienfaisante du soleil.

    Là, je lâchais sa manche pour ramasser le fusain brisé et la feuille de papier froissée. Je piochais une fiole de dust de mon bouquet. Purement dorée, la dust de foudre permettait à quiconque connaissait ses effets de lancer des sorts tonitruant de cataclysmes energétiques, paralysant les muscles, brutalisant les chairs jusqu’à la combustion ou provoquant des convulsions fatales. Je débouchonnais la fiole puis versais de la poudre sur ma paume gauche avant de la refermer. Après une petite frixion des deux mains, j’activais un sort d'électricité statique qui crépitait. La feuille se mis à se contorsionner dans mes mains pour reprendre sa forme d’origine, puis je m’appliquais à souder le fusain en y infusant le sortilège que j’avais créé. Le fragile objet ne tiendrais pas longtemps avec ce sort, mais sans doute assez pour qu’il puisse de nouveau être enchanté avec de la dust ou soudé à l’aide d’aura.

    Je me retournais et tendais les mains sans regarder le dessins. Je me disais qu’il ne voulait pas que je constate une oeuvre aussi imparfaite selon lui.
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Sam 30 Déc - 12:36

    L'annonce d'appartenance à une grande famille de la part de son interlocutrice sucite une réaction particulière, de la peur naturelle mais aussi une sorte de résolution soumise et froide qui voile ses magnifiques yeux bleus.
    Docile comme le bétail qu'il fut autrefois, le faune se laisse saisir et porter par la lapine sans broncher, appréciant beaucoup la sensation d'extase apporté par le semblance de Rabbit.

    Quand le duo s’arrête au centre, l'agneau s'agenouill immédiatement au sol, dans une posture d'attente qui semble avoir était perfectionnée de manière rude.
    Gardant les yeux rivés au sol et la voix basse, Agnel répond en blindant ses phrases comme un serviteur questionné sur des maltraitances et qui refuse de dénoncer ses bourreaux, jouant sur le sens des mots pour ne pas mentir vraiment.
    "T-tout va bien ici, je n'ai pas à me plaindre... Personne n'est trop cruel avec moi et il me laisse tranquille..."
    Mais sous le regard inquisiteur de la demoiselle qui lui rend son dessin et le fusain du club d'art, l'agneau craque et se mord la lèvre inférieur, couinant légèrement en frissonnant.
    "je.. tout le monde ici m'appelle Black Sheep... Parce que je . . . J'ai.." sa voix se casse et de fines larmes parcourent son visage quand il repense à l'origine de son surnom. Il lève son avant bras et regarde ce qui sort de éraflure causée par sa chute. Non pas du sang comme il aimerait, mais une sorte de liquide noire proche du goudron en apparence et en texture, dont la tinte ne pouvait que rappeler le pelage des grimms.
    "J'ai tu-  ... m-mes coéquipiers... sont morts à causes de moi , et je .. J'ai mis le héro des premières années dans le coma lors de notre première mission..."
    L'agneau pleure maintenant à chaude larme silencieuse, regardant son dessin avec dégoût malgré sa perfection, n'y voyant rien qu'une autre erreur là où la lapine pouvait voir une reproduction parfaite du décor alentour en teinte de gris dégradées.


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:50, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Dim 31 Déc - 16:03

    Déception personnelle, du mépris de soi et du remord. Le “mouton noir” était victime de sa réputation et de lui même. Son salut ne viendrait pas que du changement du regards des autres, mais lui aussi devait opérer une métamorphose si il voulait voir ca évoluer. Cette information éveillait en moi une envie d’expérimenter. J’allais sans doute entrer dans la catégorie des persécuteurs pour lui, mais la soif de savoir était trop grande.

    Pouvais-je changer la nature d’une créature de Remnant?

    Je regardais son accoutrement et sortais Pae de mon bouquet holster. Pae, ou Personnal Armament Extended, ma création, mon Magnum Opus. Devant ses yeux j’activais la lentille d’analyse avant de le cibler à la poitrine avec mon pistolet. Le résultat était identique à n'importe quel humain ou faune, faiblesses aux articulations, système circulatoire, yeux, interstices intercostaux, nuque, points névralgiques, organes exposés.

    J'armais le mode neutralisant, assurant qu’un tir ne blesserai personne, puis je retournais Pae dans ma main pour qu’hayuki l’attrape, m’assurant que l’analyse resterais affichée sur l'holo lentille et qu’elle attirerait suffisament son attention pour qu’il ne se rende pas compte que je me retirais.

    Je m’écartais de lui en me retournant, laissant Pae dans ses mains.

    -Rien ne cloche chez toi, ma création est formelle. Les sobriquets sont monnaies courantes j’imagine à l’académie. Les surnoms ont une vie facile, soit ils collent à la peau d’une personne qui décide de l’adopter comme une fierté ou d’en avoir honte, soit ils se font remplacer par un autre surnom. Le choix de l’alias revient surtout à celui qui en fait l’objet.

    Je tournais légèrement la tête pour qu’il vois le profil de mon visage émettre une pointe de sadisme via un sourire moqueur.

    -Mouton noir ou blanc, tuerie ou accident, déception ou acceptation, c’est un choix.

    Je sortais une fiole de dust bleue et l’ouvrais en me retournant. La dust me fournirait assez de puissance pour l’endommager légèrement, le bousculer violemment avec des rafales d’orbes aqueuses. Aussi m’assurais-je qu’il vois le coup venir pour déclencher un réflexe de survie. Dans le cas contraire, il subirait défaite sur défaite jusqu’à qu’il brise ou qu’il prenne son courage en mains. La magie affluait, les orbes vrombissaient presque de la rigueur avec laquelle l’eau était compressée. Mon sourire s’aggrandissait, je lâchais un rire voulu dramatiquement démoniaque et cruel.

    -Un choix, comme vivre ou mourir.. lâchais-je froidement avant de brutaliser l’herbe juste devant lui d’une salve liquide.

    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Lun 1 Jan - 16:36

    Le vent semble changer , son fracas contre la serre donnant une nouvelle mélodie..
    Examinant l'arme avec étonnement face à sa forme particulière, le mouton se demande si la faune l'a sur elle parce qu'elle vient d'arriver et qu'elle n'a pas encore de casier, ou bien si elle a simplement ignoré le règlement.
    Soudain l'ambiance change, plus froide, l'air semblant figé et les mots bien plus tranchants et moins chaleureux.
    -Mouton noir ou blanc, tuerie ou accident, déception ou acceptation, c’est un choix.
    C'est faux..! Comment aurais-je pu choisir tout celà ? je ne suis pas comme elle : ma vie ne m'appartient pas..!

    Se tendant à l'apparition des cristaux dans les mains de ce qu'il avait identifié comme une prédatrice, Agnel la fixe avec terreur, crispant ses mains sur l'arme moderne qu'on vient de lui offrir.
    Tout bas, presque pour lui même, il murmure un faible son. "non.. pitié.."

    -Un choix, comme vivre ou mourir.. .
    La terreur se transforme en énergie, l'ovin bondit en arrière juste avant que la giclée de liquide fissure le béton du muret sur lequel il était assis.
    Voûté en avant, les bras ballants mais pas relâchés, tenant toujours le manche de l'arme, l'agneau regarde la jeune femme qu'il a fait l'erreur de croire différente des autres pendant quelques instants.
    La dust de fumée incrustée dans sa plaie dorsale réagit à l'aura et commence à faire couler un miasme noirâtre le long de son dos jusqu'au sol, formant une sorte de flaque de brume obscure.
    Pleurant des larmes froides, Agnel, la tête basse, énonce plus clairement que d'habitude.
    "je Vous en prie... ne me forcez pas à faire ça.. je ne veux pas me battre.."
    Sa poigne se crispe sur la crosse du cadeau empoisonné alors que des images des feu ses amis agonisant aux crocs des grimms repassent derrière ses paupières. "je ne veux plus me battre."


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:51, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Lun 1 Jan - 23:15

    Il avait de bon réflexes, même si le projectile ne l’aurait de toute manière pas touché, il se serait extrait de la trajectoire si il avait été ciblé. Sans doute était-ce là un des atouts qu’il possédait et qui faisait de lui un véritable aspirant chasseur. Mais je me demandais toujours qu’est ce qui avait bien pu le pousser à suivre cette voie là lui qui visiblement, à en entendre les gémissements qui heurtent mes oreilles, ne voulais pas se battre..

    Une salve sur sa droite, une sur sa gauche, une derrière lui, des tirs de prévention, les semonces pour augmenter son stress et le pousser à appuyer sur la détente.. Le ferait-il?

    Un liquide s’échappait d’entre ses jambes depuis son dos, était-il en train de.. Ewww.. Non en fait, trop noir pour qu’il s’agisse de ce que je pensais. Mais alors quoi? Je touchais peut être la du doigt la vérité qui dérange.

    -Pourquoi devenir un chasseur si tu ne veux pas te battre? Comment compte tu protéger ceux qui te sont cher si tu ne te bat pas? Tu pense que ces créatures sont gentilles? Qu’elles partiront quand tu leur demandera gentiment? Au final, tu ne crois pas que ta terreur est ce qui est le vrai problème dans ta vie?

    Je tirais tout autour de lui, le déluge d’eau formait maintenant une flaque à ses pieds tout en gorgeant sûrement les plantes de minéraux et d’humidité. Je pointait du doigt la flaque.

    -Ton ennemi ce n’est pas moi, ce ne sont pas eux, ce ne sont pas les créatures de Grimm pour l’instant. Non, ton vrai ennemi, il est là.

    Avec les arc-en-ciel que l’eau avait créé dans l’atmosphère, je ne doutais pas que le soleil lui rendrait sa propre reflection quand il pencherait la tête.

    -Je ne sait pas comment tu a fait pour rester ici sans braver ta propre peur. Mais je pense que si tu ne travaille pas sur ton complexe, ta première mission de chasseur te tuera, et tout ceux qui sont mort pour que tu survive se seront sacrifiés pour rien. Tout comme j’aurais sacrifié un moment de détente pour t'inculquer un principe que tu ne maîtrisait pas.

    j’avouais dans ma tête que ce moment de sermon m’avait fait plaisir. Je comprenais un peu plus mes deux maîtres, on pouvait donc dire que le mouton m’avait apporté quelque chose sans le savoir. Restait à voir si le début de thérapie commencerait sur de bonnes bases. Si il tirait sur son reflet, cela voudrait dire qu’il gagnerait une bataille contre lui même. Si il perdait en revanche, ce serait juste un petit pas, un message d’éclaireur lui annonçant un conflit à venir ou une crainte à fuir dans le pire des cas.

    Mon aura était puissante, je me sentais forte, si il décidait de me tirer dessus Pae libérerait un projectile neutralisant en caoutchouc, celui-ci rebondirait sur ma défense sans occasionner le moindre mal. Qu’allait faire hayuki, et surtout, quel était cette substance noire, je gardais Ragdoll Habit dans un coin de ma tête pour prévenir le moindre risque lié à une semblance.
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Mer 3 Jan - 0:39

    (pour l'ambiance)

    -Pourquoi devenir un chasseur si tu ne veux pas te battre? Comment compte tu protéger ceux qui te sont cher si tu ne te bat pas? Tu pense que ces créatures sont gentilles? Qu’elles partiront quand tu leur demandera gentiment? Au final, tu ne crois pas que ta terreur est ce qui est le vrai problème dans ta vie?

    Alors que les mots résonnent dans son esprit misérable, les sons alentours noyés par le vent et l'eau, Agnel sert ses poings en frustrations.
    Je ... n'ai jamais eu personne à ... protéger. Ces créatures, je suis le mieux placer pour les comprendre, mais pourquoi aurais-je tort d'être terrifié de partager le sang des .. Monstres ?!je voulais juste qu'on me laisse tranquille..!

    -Ton ennemi ce n’est pas moi, ce ne sont pas eux, ce ne sont pas les créatures de Grimm pour l’instant. Non, ton vrai ennemi, il est là.
    Alors que le dust de fumée répandant autour de l'ovin une nappe de brouillard grisâtre grandissante, Yuki adressa à son reflet un regard de haine et de tristesse infinie, plus pathétique que les autres.
    "Elle a raison... j'ai ruiné ma propre vie, et celle de tout les autres.. Si mère ne m'avait pas donnée naissance aucune de ces horreurs ne serait jamais arrivées.. j'apporte la mort à tout ce qui m'entoure, même à moi-même : quelle existence ridicule..!
    Activant son aura pour élever le nuage le nuage de fumée autour de lui, il porta ses yeux pleins de larmes noires vers la lapine qui s'amusait à le tourmenter en tirant autour de lui, comme un chat avec une souris.
    Est-ce que je dois me laisser toucher ? Ce serait si facile d'en finir maintenant... Mais alors.. pourquoi est-ce que j'ai résisté jusque là ? Pourquoi... Pourquoi est-ce que j'ai survécu ? est-ce que c'est tout ce que je sais faire ? je ne suis qu'un amas de cicatrice qui apporte la souffrance sur les autres..
    Pourquoi suis-je ici ? je ne me rappelle plus, qu'est-ce que je fais dans un endroit pareil..? pourquoi est-ce que j'ai quitté l'hospice.. je..!
    Et soudain cela lui revint : le souvenir de Vayne. L'un des rares faunus qui travaillait dans le dispensaire, un jeune loup gris comme son ancien maître, qui l'avait vu et l'avait arrêté cette nuit là, sur le bord du toit. Il ne lui avait rien dit, juste donné un sourire, et une épaule pour pleurer en silence. C'était Vayne qui lui avait fait promettre de rester à l'académie pour faire quelque chose de bien, continuer à protéger les autres et ... lui-même. Il avait aidé Agnel à passer l'examen d'entrée à Beacon puis il avait... disparu.
    Tous ce qui m'approchent ... meurent.

    -Je ne sait pas comment tu a fait pour rester ici sans braver ta propre peur. Mais je pense que si tu ne travaille pas sur ton complexe, ta première mission de chasseur te tuera, et tout ceux qui sont mort pour que tu survive se seront sacrifiés pour rien. Tout comme j’aurais sacrifié un moment de détente pour t'inculquer un principe que tu ne maîtrisait pas.

    Ce fut la goutte d'eau qui brisa le vase fissuré qu'était l'agneau. Lui parler de sacrifice, à lui ?! Son aura noire s'excita, et le faune, utilisant la dust de vent imprégnant ses vêtements, se propulsa hors du brouillard artificiel jusqu'à la lapine en un bond vif comme une balle. Encore suspendu en l'air par son dash avant, il décocha un puissant coup de pied de taille à Rabbit, facile à éviter car frontal, mais forçant sa cible à faire une esquive prévisible. Il pointa Pae vers le sol et tira la fausse balle, utilisant le recul et son élan pour effectuer une vrille rapide sans torsion de son corps frêle qui atterri derrière l'assaillante.
    La seconde d'après, alors qu'elle se redressait mais avant qu'elle ne puisse se retourner, la demoiselle senti le canon pressé contre ses lombaires.
    ". . ."
    Il y eu un moment de silence puis le cliquetis de l'arme tombant au sol lourdement, suivie par les sanglots à peine étouffée d'Agnel, à genou au sol, des épaisses larmes noires faites du même goudron noir coulant de son coude  descendant le long de ses joues jusqu'à goutter lentement au sol. Sa voix tremblante correspond à son corps haletant, hoquetant sous le poids de cette douleur bien trop vaste et cruel pour un si petit cœur.
    "je- je suis si seul... Ils sont tous morts à cause de moi.. je.. Il remonte son pitoyable visage en larme vers Rabbit Je veux juste que ça s'arrête..! ça fait tellement mal.. est-ce que.. est-ce que je peux avoir quelqu'un avec moi, juste une personne,
    une seule fois, pour me dire que c'est fini..! I'll be a good boy, I swear ! I .. just want to belong.. somewhere, anywhere..


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:52, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Mer 3 Jan - 10:49

    Petit mot HRP d'avant lecture:
    Salut hayuki, j'ai juste un petit message à te faire parvenir avant de te laisser lire le reste. Il s'agît d'un RP à deux, aussi j'aimerais que tu évite de trop manipuler mon personnage pour me laisser des marches de manœuvres ou d'action. Je comprends que tu ait envie que ton récit se déroule de la manière dont tu l'a écrit, mais ce n'est pas très fair-play.

    Pour t'expliquer simplement, tu pourra observer que dans mes réponses, les actions ou réflexions faites à propos de ton personnage ne sont que des choses que tu a toi même dite ou qui découlent du bon sens. Je n'ai pas fait faire des actions à ton personnage que tu n'aurais pas pus esquiver (Exceptions faite pour le Ragdoll Habit ou tu a réagis très favorablement, mais que tu n'aurais pus esquiver.)
    Hors dans les tiennes, tu oblige mon personnage à esquiver un coup ou à te laisser gagner (Chose que nous n'avons pas convenu mais que je pourrais respecter si c'était légitime. Si tu m'arrache la victoire en combat singulier parce que ton personnage se débrouille mieux okay, mais si mon personnage doit perdre parce que tu le contrôle c'est pas très sport.).

    j’espère que mes remarques quelques peu chiantes ne te saoulerons pas outre mesure, juste j'aimerais éviter de passer un mauvais moment à cause de la manipulation intensive de mon perso.

    Merci pour ton attention, et bonne lecture.

    PS: tu pourra constater que certaines choses ne se passent pas comme tu l'a décidé lors du post précédent, néanmoins la finalité reste la même.

    Je n’avais pas besoin de contact visuel pour déterminer sa position, ses sanglots, sa respiration, mes sens étaient si focalisés sur lui que le son autour s’estompait. Son aura avait été active, je l’avais vu avant qu’il ne se cach dans la brume, ne me laissant que le son de ses lamentations.

    Ses pieds quittèrent le sol, le mouton craquait, perçant la brume en ligne droite pour m’assaillir. Mon aura accueilli le coup, sûre que j’étais de pouvoir le stopper je ne ressentit même pas le choc. L’aura accusa le coup, mais faiblis. Je le regardais alors qu’il se servait de Pae pour continuer par un mouvement d'évasion aérien complexe, atterrissant derrière moi pour plaquer le pistolet dans mon dos. Je m’attendais à ce qu’il tire, ce qui pourrait occasionner l'abattement de mon aura et sûrement la mort de Pae. Je savais qu’elle n’était pas faite pour les tirs en happy trigger, les gaz d'échappement ne pourraient sortir et le canon exploserait de la pression interne causé par le retour non prévu. Je devrais sans doute améliorer cette partie de cette forme, mais comment m’y prendre? Je pourrais lui donner une culasse, mais cela diminuerait la puissance des tirs… Je devrais me pencher dessus plus ta..

    CLICKETIC Pae qui tombe au sol, et l’enfant qui repart dans sa mélancolie. Il… ne s’est rendu compte de rien…

    Je me tournais vers lui et le regardait de haut à cause de ma carrure.
    -Ces méthodes n’ont pas l’air de t’aider, je ne crois pas avoir le bon modus operandi pour te sortir du gouffre dans lequel tu creuse. J’estime avoir essayé de t’aider, mais visiblement nos points d’observations ne sont pas accordés.

    Je posais une main sur sa tête sans trop comprendre quoi faire ensuite, personne n’avait jamais pleuré dans mon monde. Je savais qu’il s’agissait d’une démonstration de mécontentement jouant sur la création de pitié pour la victime, mais mes émotions… De quelles émotions je parle au juste? Je ne ressentait pas grand chose en cet instant, ou alors cela se rapprochait d’un vague sentiment d’ennui et de désintérêt.. Je frottais sa tête tout en réfléchissant. Puis je me baissais ensuite pour récupérer Pae en me penchant en avant. La tête d’Hayuki fût un frein au reste de mon corps. Etait-ce la la solution que je venais de trouver par sérendipité? C’était si stupide que je n’y avais pas pensé, et pourtant en y réfléchissant bien c’était logique… plus ou moins.

    Si la démonstration de mécontentement et les pleurs étaient efficace pour déclencher de l’empathie, je ne saurais dire. En revanche, l’espoir de me passer du bruit assourdissant d’une créature qui bêle sans discontinuer était pratiquement inestimable à cet instant tant il court-circuitait mes fonctions cognitives avec ses perturbations sonores excessives.

    Il voulait quelqu’un avec lui, une personne.. Les seules personnes à m’avoir dit cela était mes maîtres, je me rappelais ces moments là, j’avais un indice sur ou aller désormais.

    -Le prix est élevé.. me plaignais-je avant de désactiver le verrou de ma tenue qui tombait au sol, retenue en partie par mes mains.

    J’étouffais le “mais si c’est ce qu’il te faut pour que tu te calme alors j’imagine que j’ai pas le choix..” qui passait par mon esprit et qui l’aurait sûrement encore plus troublé pour m’allonger avec mes effets.

    Je réfléchissais à la situation, aux conséquences. Techniquement aucune, après ce moment d’action et la chaleur sous la serre avec l’humidité augmentée j’avais déjà du commencer à transpirer, la toilette aurait été de mise quelque soit l’issue de cette fin de rencontre. Je me demandais si cet acte que la morale jugeait dégradant valait ce que je lui avait fait subir mentalement.. Au final j’en étais rendue indifférente, j’imaginais que cela remboursait bien les expériences que j’avais faites sur lui, bien qu’il aurait pus demander de l’argent pour m’éviter ça, mais il ne me connaissait pas aussi bien que je l’avais observé. C'était la mon fardeau personnel, qui se soucie de l’observateur, de Rabbit? Pas lui, et visiblement à me voir m’allonger par terre dans l’eau tiède de la serre, pas moi...

    HRP:
    Titre à changer pour rajouter un encart [+18] si Hayuki décide de profiter de la situation.

    M'en vouleeeez pas, ce perso est complètement déglingué.. OMG j'ai créé un monstre!
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Mer 3 Jan - 13:21

    hrp:
    okay okay ! pas de soucis, désolé si ça t'as semblé trop .. hum.. forcé ? appelons ça une mauvaise habitude de ma part : la narration de combat est toujours un double échange compliqué, je me suis permis de prendre cet décision parce qu'elle n'avait aucun impact sur la scène (une esquive implique qu'elle ne perd pas d'aura et donc pas de dégâts. De plus un bloc voulait dire que Rabbit prenait le choc du coup donc qu'elle se faisait déplacer et j'étais moyen chaud vu le décor.) . Il est aussi à noter que je considérait cela comme une sorte de cinématique, et que, de mon point de vue, de toute façon Agnel n'a pas les moyens de se battre contre Rabbit, quelque soit le domaine.
    J'essaierai de refréner ce genre d'action autant que possible à l'avenir parce que j'aurais horreur de te faire passer un mauvais moment. Il est évidemment hors de questions que je fasse faire des actions ou des décisions importantes à ton personnage sans autorisation, tout comme je ne laisserai pas quelqu'un qui ne connait pas la façon de jouer agneau le faire bouger sans mon accord.

    (right in the kokoro !)

    Agnel regarde sa main droite couverte par le goudron noir et visqueux qui lui sert de sang, pleurant toujours ces larmes faites de la même horrible matière. Une sorte de marre se forme petit à petit au sol.
    Ses sanglots se calment jusqu'à se taire éventuellement. "Tu es pathétique !" entend-t-il en ayant un souvenir de son second propriétaire le battant après qu'il ai renversé une théière par accident. Comment est-ce que tu peux oser espérer que quelqu'un voudrais d'un monstre comme toi ?! Tu ferais mieux d'aller mourir ailleurs !

    L'ovin ne le remarquait pas, mais dans la flaque de magma noirâtre une paire de lueur rouge le fixait comme ceux d'un grimm aquatique prêt à bondir.

    Mais alors qu'il allait s'abandonner à sa peine mental, la sensation douce et calme d'une caresse simple entre ses cornes lui fit lever le regard vers la faune.
    Avec une sorte d'air résignait, Rabbit défit certaines attache de sa tenue et se coucha au niveau d'Agnel. Ce n'était pas vraiment ce à quoi le jeune bélier s'attendait, mais une fatigue émotionnelle le submergea avant qu'il ait le tant de s'excuser pour la centième fois.
    Épuisé, il s'écroula au sol et se lova en boule contre la lapine, probablement pas ce qu'elle attendait non plus, mais il était bien trop ravagé par ces quelques minutes pour résister à l'appel d'un contact physique sans violence.
    Apaisé et sans force, Yuki tomba dans l'inconscience et probablement le seul sommeil sans cauchemar qu'il ait eu sur ce continent.
    Les lueurs rougeoyantes s’éteignirent et, pour la plus grande surprise (et peut-être répugnance) de Rabbit, le fluide noir aux allures de pétrole inodore qui servait de sang au petit être se mis à se mouvoir pour réintégrer son corps à la façon de l'eau dans un siphon, et le sang trop loin ou bien tombé dans l'eau ... s'évapora en fumée sombre, comme le fond les corps des Créatures de Grimm.


    Dernière édition par Agnel Blancrin le Dim 7 Jan - 13:53, édité 1 fois
    avatar
    Rabbit Cloverfield

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Rabbit Cloverfield le Jeu 4 Jan - 20:18

    Mes vêtements s’engorgaient de la substance noire qu’il suintait de tout son corps. Il continuait à gémir tout en se recroquevillant, je commençais à me poser des questions. Voulait-il… Ou bien alors…

    Il s'était endormis? Quoi!? Je… Hum… Quoi? Okay… Non… Je…Hein!?Tssssss...

    Je plaçais une main sur mon visage en essayant de remettre mes idées en ordre.

    J’avais abusé de son mental pour voir sa force intérieure, il avait craqué, il m’a demandé quelque chose, et il a fait autre chose.

    J’ai dû mal interpréter, au final, il voulait juste dormir? La… Substance noire à disparu pendant que je me frottais les tempes, et le mouton dormait contre moi. Je verouillais ma tenue de nouveau et attrapais Pae pour l’inspecter. Le canon était légèrement endommagé, la bouche tordue de trois degré vers l’intérieur. Un tir enrayerait l’arme, deux la détruirait. J’aurais pus envisager de l’adapter, de la reconstruire ou de la réparer, mais non, j’avais déjà d’autres idées en tête et s'entêter à rester sur le même prototype était mauvais non seulement pour l’imagination, mais aussi pour les affaires.

    Pour l’instant seul l’histoire du mouton semblait m’interresser, l’arme au fond c’était secondaire, futile, je me demandais comment son talent ne pouvait pas être encore canalisé après un an dans cette académie. Mes maîtres m’auraient-ils envoyé dans un endroit peuplé de rebuts, de faible et de…

    D’objets brisés… C’est comme ca qu’ils me considèrent au fond? Hum… Évidemment, j’imagine que c’est logique. Naturellement, j’aurais fait la même chose non? NON!?

    Aucune idée, mes pensées divergeait et tout en ruminant j’avais sans y prendre attention démantelé Pae. Je me retrouvais avec plein de pièces en désordre sur la traine de ma robe. Je décidais de placer les pièces dans le holster bouquet et de verrouiller la poche pour éviter la fuite de verrous et de métal.

    Je regardais ensuite le visage assoupi d’Hayuki, si vulnérable, si fragile après une brutalité excessive et une maîtrise presque totale, voire presque transcendante de son corps. Je voyais le potentiel en lui, comme une pièce brute, une gemme ou un alliage précieux et optimal pour une transformation en arme. Il me manquait le catalyseur, mais si il décidait de choisir de travailler sur cela, je saurais trouver ce qui lui manque, la chose qui manque pour faire de lui une arme, un objet de confiance, infaillible, accompli, idéal…

    Je me levais, piochais dans mon bouquet une rose artificielle et la portais vers mon visage avant de chuchoter au micro omnidirectionnel du dictaphone.

    -Désolée, je croyais t’aider, j’aimerais te voir te réaliser, devenir ce que tu cherche à être, te raffiner… Dit moi ce qu’il te faut, dit moi qui tu es et ce que tu veut, je trouverais. J’ai envie de voir ton potentiel s’accomplir. Cette rose te donnera mes coordonnées de scroll.

    Je lachais la rose qui atterrit devant le visage du mouton, et marchais vers la sortie. La rose lui repeterais le message quand il la prendrait en main.

    Cherchant un nouveau point tranquille d’ou entendre le discours, je me trouvais accidentellement quelques minutes plus tard dans une tour ou je me placais dans l’alcôve d’un escalier en colimaçon, un endroit parfait pour se reposer sans être vue...
    avatar
    Agnel Blancrin

    Messages : 15
    Date d'inscription : 16/12/2017

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Agnel Blancrin le Jeu 4 Jan - 23:28

    L'agneau ne se réveillerait pas avant des longues heures, juste quand le soleil se couchait.
    En ouvrant les yeux, la première surprise n'était pas de se réveiller par terre dans une serre ravagée -car malgré sa semblance et son corps de survivant malgré lui, les évanouissements par fatigue et insomnie lui était plus courant qu'il ne devrait l'être- non, sa surprise fut de voir qu'il ne pleurait pas !
    Certes, la chaleur contre laquelle il  s'était lové plus tôt avait disparu, mais pendant l'espace d'une sieste, ses cauchemars aussi.
    Se redressant avec maladresse, l'ovin ramassa le présent étrange laissé au sol, et entendit le message qui y était attaché. Enfin, pas avant d'être tombé à la renverse en entendant une fleur lui parler.

    Quand Agnel sorti de la serre, on aurait presque pu voir un sourire dans ses yeux, et une once e determination dans ses poings. Puis le vent glacial et à la force redoublé força le petit mouton à se précipiter vers les dortoirs : il avait clairement raté la cérémonie d'accueil et de toute façon , se connaissant, il ne l'aurait pas vraiment suivit tant il y avait de monde.
    N'empêche, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, une once d'espoir insidieux avait refleurit dans le paysage hivernal et désolé qu'était son petit coeur blessé, pour la première fois depuis son arrivée ici, et avec elle le retour de l'angoisse et de la peur, même si ces sentiments ne l'avait jamais vraiment quittés.
    En se dirigeant vers sa chambre provisoire, Yuki poussa un soupire : il allait devoir laver la veste de la boue de la serre; même si ce n'était pas plus mal : elle était vide de Dust de toute façon.
    Il allait devoir sortir de l'Académie pour aller en acheter. Et pour ça il lui faudrait bientôt trouver un moyen d'en avoir les fonds. Mais qui voudrait bien engager une faune aussi ridiculement inutile ?




    FIN !

    Contenu sponsorisé

    Re: What I see isn't all that is, but it is all I can grasp from this world.

    Message par Contenu sponsorisé